Toutes les actualités intelligence économique de l'école de guerre économique

Nous sommes en guerre économique, entretien avec Christian Harbulot dans la revue Conflits

dimanche, 13 septembre 2020 Imprimer

Nous sommes en guerre économique, entretien avec Christian Harbulot dans la revue Conflits

Un des pionniers de l’Intelligence économique, Christian Harbulot dirige depuis 1997 l’École de Guerre économique à Paris et est le directeur du cabinet Spin Partners. Il a coordonné la rédaction du Manuel de l’Intelligence économique aux PUF.

Conflits : Pourquoi vous êtes-vous intéressé à la guerre économique ?

Christian Harbulot : Cela peut sembler paradoxal. Adolescent j’ai été un militant d’extrême-gauche. Et pourtant je suis toujours resté un patriote. Né à Verdun, j’ai baigné toute mon enfance dans une ambiance patriotique. Je ne pouvais pas être insensible au mot « France », à la masse de morts et de drames qui m’entouraient. Je rêvais même de devenir parachutiste. Mais les événements d’Algérie m’ont déçu, je ne me voyais pas entrer dans l’armée du général Ailleret. Cela explique mon passage à l’extrême-gauche. Mais pas chez les trotskystes, chez les maoïstes, j’insiste, la réalité patriotique ne m’a jamais quitté. Les premiers sont des internationalistes, les maoïstes insistent sur le rapport entre une population et un territoire. Mao Zedong gagne avec tout le monde contre lui, Washington comme Moscou, mais il sait mobiliser son peuple autour de lui.

En fait, ce qui a été décisif, c’est mon passage à Sciences-Po de 1973 à 1975. Non pas par ce que j’y ai appris, mais par ce que je n’y ai pas appris. Personne ne donnait à réfléchir au devenir de la France, à la puissance de la France. Je n’y ai trouvé aucun mentor qui m’ait stimulé l’esprit sur le devenir de mon pays, sur ce qui pouvait le contrarier, sur la façon dont une nation comme la nôtre pouvait non seulement préserver ses acquis mais les développer. Personne pour me donner des grilles de lecture. Et cela dans un contexte où le jeu d’opposition entre les blocs conduisait à dissimuler les divergences qui pouvaient exister au sein de chaque bloc. Sciences-Po avait choisi son camp, elle combattait le communisme, elle était presque totalement sous influence américaine. Elle ne cherchait qu’à masquer les contradictions au sein du bloc atlantique, loin de faire réfléchir aux intérêts divergents et aux jeux d’influence qui les dissimulaient.

Cette loi du silence qui dominait à Sciences-Po ne pouvait me satisfaire. Une véritable omertà.

Conflits : C’est ainsi que vous avez créé l’École de guerre économique.

Christian Harbulot : Tout est parti de débats avec des militaires. Le général Pichon-Duclos surtout que j’ai rencontré en 1993 après avoir lu ses articles. Puis les généraux Coulon et Merment, un groupe qui travaillait au sein d’un organisme de réflexion nommé Stratos. L’accouchement a été long, près de cinq ans. Nous pensions développer nos activités dans une université ou une grande école, mais cela s’est révélé difficile. Aborder le problème de la guerre économique, dévoiler sa réalité, cela risquait d’être peu apprécié outre-Atlantique. Or les professeurs du Supérieur craignaient de déplaire et d’être interdits de publication dans les revues américaines. Ils ont donc freiné des quatre fers. Un pionnier comme Le Bihan, qui voulait introduire cet enseignement à HEC, a été forcé de renoncer.

Finalement j’ai trouvé le soutien de l’ESLSCA et l’EGE a vu le jour en 1997.

Conflits : C’est alors que le thème de la guerre économique commence à émerger. Pourquoi à ce moment ?

Christian Harbulot : Le phénomène essentiel est justement la fin de la guerre froide et la fin des blocs, donc de l’omertà qui interdisait de mettre sur la place publique les rivalités entre pays occidentaux et de mettre en cause la solidarité atlantique. Ce qui était dissimulé autrefois l’est de moins en moins. En même temps sont libérées des forces nouvelles et de nouveaux pays émergent. Mais la fin de la guerre froide ne met pas fin pour autant à la menace nucléaire. La bombe atomique interdit de penser les conflits majeurs entre grandes puissances en termes de guerre militaire, du moins si l’on reste dans la rationalité. C’est ce qui explique en partie la mutation de la guerre sur le terrain des affrontements économiques.

LIRE LA SUITE SUR CONFLITS

Manuel d'intelligence économique

Formations et école d'intelligence économique

Formations et école d'intelligence économique

Formations et école d'intelligence économique

Formations et école d'intelligence économique

Formations et école d'intelligence économique

Les partenaires intelligence économique de l'EGE
Configurations des cookies