Voiture à hydrogène contre voiture électrique : vers une nouvelle guerre industrielle ?

La question de l’interdiction des voitures thermiques se pose de plus en plus à travers le monde, la Commission européenne se pencherait sur une interdiction dès 2030.

L’hydrogène, nouvel eldorado ?

L’hydrogène est l’un des éléments chimiques étant le plus présent dans l’univers, malheureusement il n’est pas présent à l’état pur sur la surface terrestre il ne se retrouve que lié à d’autre élément chimique notamment l’eau. Aujourd’hui il est difficile d’échapper à cet élément chimique que ce soit en France ou en Allemagne, ce fameux hydrogène, plus précisément dihydrogène, fait l’objet de plan d’envergure, 9 milliards d’euros pour l’Allemagne et 7 milliards d’euros pour la France d’ici à l’horizon 2030. 

Mais la France et l’Allemagne ne sont pas les seuls à s’intéresser à l’hydrogène partout dans le monde nous retrouvons des projets dans ce domaine, notamment en Chine ou aux Etats-Unis. Si l’hydrogène est autant sous le feu des projecteurs c’est parce qu’il est considéré comme étant une énergie d’avenir notamment grâce au fait qu’il peut être totalement décarboné et quasiment inépuisable. Pour être plus précis, l’hydrogène n’est pas une source d’énergie, c’est un vecteur énergétique comme l’électricité, il peut être produit via énergie renouvelable, nucléaire ou encore fossile.

En cas d' interdiction dès 2035 de moteurs thermiques en Europe, l’hydrogène pourrait donc venir remplacer les énergies fossiles dans les transports. L’une des applications de l’hydrogène qui intéresse à la fois les industriels et les Etats qui cherchent à bâtir un programme de développement sur le moyen terme, est la pile à combustion qui permet de faire fonctionner des voitures grâce à l’hydrogène et qui viendrait donc concurrencer l’un des moyens de transports considéré comme le futur de l’automobile, la voiture électrique.

Electrique contre Hydrogène

C’est une bataille qui ne fait pas encore grand bruit dans les médias, pourtant elle va déterminer le futur du transport personnel pour les décennies à venir et les différents acteurs concernés commence à avancer leur pion pour être présent sur ce futur marché. Dans ce rapport de force on retrouve deux camps, celui ayant fait le pari de la voiture électrique Tesla, Volkswagen … et celui qui mise sur l’hydrogène tels que Toyota. En effet pour rappel Tesla et Volkswagen sont respectivement premiers et seconds sur le marché de la vente de voiture électrique alors que Toyota n’a pris que tardivement le virage de la voiture 100% électrique préférant s’investir dans l’hybride et l’hydrogène.

Toyota n’est pas le seul constructeur automobile ayant les yeux rivés sur l’hydrogène, des constructeurs tels que Audi, Renault ou BMW sont à l’affut car même s’ils se sont aussi positionnés sur l’électrique, la dominance de Tesla et de Volkswagen dans le domaine de la voiture électrique est un frein à leur développement dans le secteur de la voiture émettant zéro émission de CO2. Il est alors nécessaire pour ces différents constructeurs d’imposer leur modèle de transport de demain, Tesla ayant tout misé sur la batterie ne pourrait effectuer un changement rapide sur l’hydrogène, de même pour Toyota, le retard est tel qu’il sera difficile de se positionner au sein des leaders de la voitures électrique.

Une confrontation informationnelle sous couvert de débat technique

Toute la nature du conflit entre ces deux solutions se base sur une confrontation technique, l’objectif étant de décrédibiliser la solution technique de celui d’en face.  Ainsi les critiques envers la solution électrique va se diriger sur la dépendance aux terres rares et à la lenteur du rechargement de la batterie, à l’inverse la solution hydrogène va être attaquée sur son coût de production que ce soit pour la voiture ou l’hydrogène lui-même mais aussi sur la difficulté de stockage de ce dernier.

Ainsi Elon Musk s’est exprimé de manière virulente à l’encontre des voitures équipées de pile à combustible considérant cette technologie « incroyablement stupide », de « pile folle », de « tas d’ordure » et que cette solution était « impossible ». Si on pouvait considérer que cela n'a que peu d’impact c’est oublié le poids que peu avoir Elon Musk dans la sphère médiatique et notamment « geek », ces positionnements sur les cryptomonnaies auraient influencés les cours de ces derniers. Les déclarations certes peu élaborées de l’entrepreneur américain peuvent avoir un impact significatif sur les consommateurs. Elon Musk a d’ailleurs été rejoint de manière plus modérée par le PDG de Volkswagen considérant que « Vous ne verrez aucune utilisation d'hydrogène dans les voitures ! » et qu'aucun grand marché de la voiture à hydrogène ne verrait le jours. Pas même dans 10 ans, parce que la physique derrière tout cela est tellement déraisonnable ».

La posture offensive de certains médias 

Ces critiques sont reprises et diffusées par différente presses plus ou moins spécialisés. Le journal Forbes se prononce fréquemment contre la voiture à hydrogène via certain de ces contributeurs James Morris ou Ken Silverstein qui sont d’une virulence étonnante envers la solution Hydrogène tout en étant d’une grande complaisance envers la solution électrique.

En Europe l’hydrogène gagne en popularité et gagne les grâces des dirigeants du continent car il faut garder en tête que l’hydrogène s’inscrit dans une chaine de production qui permettrait de combler en partie les problématiques des énergies renouvelables en termes de stockage et de valoriser le nucléaire. L’enjeux des véhicules à hydrogène n’est donc pas simplement limité au marché automobile mais s’étend à l’ensemble de la production énergétique. Les Etats sont donc directement impliqués dans ce débat entre électrique et hydrogène, on peut déjà penser que ces derniers s’aligneront sur la technologie qui va dans le sens de leur constructeur automobile.

La firme Toyota est  accusée d’avoir fait du lobbying contre la voiture électrique aux Etats-Unis se rendant compte que la compagnie était trop fortement distanciée sur ce secteur de l’automobile, Toyota aurait tenté d’influencer le Congrès américain pour ralentir la transition électrique dans le secteur automobile. Toyota se montre donc moins bruyant que ces concurrents sur ce point précis, car ces actions de lobbying pourraient être une épine dans le pied de Toyota pour venir contrecarrer de manière plus virulente ces concurrents électriques.

Tout faire pour remettre en question la solution technique du concurrent

Les stratégies des deux camps sont donc similaires mais leurs méthodes différentes. Le camp de l’électrique est plus présent médiatiquement via de multiple déclaration alors que celui de l’hydrogène notamment Toyota agirait de manière moins visible pour limiter l’expansion du marché électrique le temps de pouvoir proposer des véhicules personnels à hydrogène viable sur le marché de l’automobile.

Les voitures électriques sont aujourd’hui les grandes gagnantes sur le marché automobile représentant environs 5% du marché automobile mondiale en 2020, certes la part reste faible mais elle est en constante augmentation, de plus les voitures électriques restent des véhicules onéreux expliquant une adoption assez lente. Tesla étant le porte étendard de la voiture électrique est aujourd’hui perçu comme le summum de la voiture électrique. C’est donc une victoire pour l’instant d’Elon Musk et de sa société Tesla et du camp des batteries.

L’hydrogène au contraire est très peu présent pour le moment sur le marché de l’automobile mais de nombreuse compagnies et Etats ont misé sur cette solution et permettrait au constructeur en retard sur l’électrique de s’imposer sur le marché des véhicules produisant peu ou pas d’émission de CO2. Les plans européens en matière d’hydrogène s’inscrivent dans cette vision de la chaine de valeur partant de la production via le nucléaire ou les énergies renouvelables jusqu’au transport personnel via la voiture équipée en pile à combustible.

 

Simon Carralou

Sources 

P.Avavian ( 30 septembre 2021 ) L’essentiel sur … l’hydrogène .

Ministère de l’économie (9 septembre 2020 ) Présentation de la stratégie nationale pour le développement de l’hydrogène décarboné en France .

N.Renaud ( 10 juin 2020 ) L’hydrogène, le pari à 9 milliards de l’Allemagne .

C.Merlin ( 4 mars 2021 ) Le couple nucléaire-hydrogène aux États-Unis, une romance en devenir ?

E.Moreira ( 19 août 2021 ) Energies renouvelables : la Chine lance un méga projet d'hydrogène vert. 

Renault Groupe ( 27 novembre 2020 ) Electric cars vs hydrogen cars, what’s the difference ?

J.Morris ( 2 octobre 2021 ) Why Toyota Has Got It Wrong On Electric Cars.

D.Carrington ( 19 Janvier 2021 ) Global sales of electric cars accelerate fast in 2020 despite pandemic.

Le Monde ( 23 juillet 2021 ) La part de marché des véhicules électriques a doublé en Europe en un an.

J.Morris, liste des articles écris par James Morris.

P.Landers ( 17 décembre 2020 ) Toyota’s Chief Says Electric Vehicles Are Overhyped.

A.Kluth ( 9 rr 2020 ) How hydrogen is and isn’t the future of energy for the EU, China and Japan.